Aller au contenu principal
perceval
Mardi 16 Juillet
Église Notre-Dame-des-Dunes
Perceval
Spectralex

« Du plus noir que le noir il apparaît le noir. »

Esthète du noir, Perceval aime à dessiner à ses heures perdues des chevaux noirs sur un désert de cendre, avec par-ci par-là un arbre cramé et souvent un corbeau. Mais la plupart du temps il chante des chansons venues du monde de Soleil Noir.

Tentant de rassembler ses forces pour montrer au public que oui, il est sensible, que oui il ne faut pas dire du mal des gens qui sont tristes et surtout de lui, Perceval nous transporte de l’autre côté du miroir. Et ça fait peur...

Ça fait peur parce qu’une fois qu’on a enlevé
tous les repères on ne sait plus où on est.
Lui-même ne sait plus trop ce qu’il fait sur scène, s’énerve et tel l’aveugle qui siffle un chien fantôme, s’échoue lourdement sur la plage de spectateur. Au moins il arrive quelque part. Juste devant eux. Et finalement ça suffit.

 

Si quelque fois votre cœur est lourd, si vous restez des heures à regarder un robinet couler en vous demandant ce que vous faites dans ce monde, il est temps, il est plus que temps de venir partager cette expérience incroyable.
En effet, grâce à des pouvoirs neurasthéniques enseignés par un manuel dont on taira le nom pour des raisons que vous n’avez pas besoin de savoir, Perceval vous plonge dans l’univers le plus étrange jamais visité : Le vaste monde de Soleil Noir. Des monstres de toutes beautés, une histoire inimaginable mais pourtant parfaitement vraie, des descriptions de paysages plus que soporifiques, un sens du rythme digne d’un paresseux paralytique, bref un ennui mortel qui vous rendra ce qui doit vous être rendu : vous-même.

Doit-on avoir honte lorsqu’on est triste ? Non madame, non monsieur, c’est les gens au sourire facile qui n’osent pas se regarder en face qui vous font penser cela.
Doit-on dire tu à un individu que l’on ne connaît pas et qui vient juste de vous embrasser dans le cou dans la boite le Saxo en banlieue de Vierzon ? Perceval ne répondra pas à ce genre de questions, cela n’a aucun rapport avec le spectacle, de plus il aime les gens qui ont leur propre personnalité. Et surtout il aime que le public parte après le spectacle, et ne reste pas hébété à le regarder ranger ses affaires.